Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Au sortir du Conseil des ministres de ce mercredi 27 mai 2020, le ministre porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou était en compagnie de son collègue en charge du Commerce, Harouna Kaboré et celui en charge de l’Education nationale, Stanislas Ouaro, pour le bref compte-rendu aux hommes des médias.

Et des trois membres du gouvernement, le dernier cité était le plus attendu, à moins d’une semaine de la reprise programmée des activités pédagogiques.

Sur la question, d’importantes décisions ont été prises par le Conseil des ministres, en lien avec le mode d’évaluation et de validation de l’année scolaire 2019-2020. Et ce, sur la base des rapports sur l’état d’exécution des activités pédagogiques.

Ainsi, pour le préscolaire, le Conseil a décidé de valider l’année scolaire 2019-2020. Dans les classes de CP1, CE1 et CM1, tous les élèves passent en classe supérieure, indépendamment des moyennes obtenues.

Quant aux classes de CP2, CE2 et les classes intermédiaires des enseignements post-primaire et secondaire, l’année scolaire est également considérée comme validée. Mais pour le passage en classe supérieure, il a été décidé que c’est la meilleure moyenne obtenue par l’élève au cours des semestres ou trimestres qui fera l’objet d’appréciation. « Le gouvernement a décidé qu’aucun élève ne soit renvoyé pour insuffisance de résultats», a précisé le ministre Ouaro.

Par ailleurs, on retiendra que la date du 1er juin est maintenue pour la reprise des cours dans les classes d’examen. Et ce, jusqu’au 11 juillet 2020. Pour ce qui est des examens, ils commenceront par le CEP, le BEP et le BEPC à partir du 14 juillet. Le Baccalauréat se tiendra, lui, du 3 au 27 août 2020.

En outre, il est prévu une réquisition, à titre exceptionnel, de l’ensemble des enseignants du 1er au 15 juillet 2020 en vue d’apporter un appui, notamment dans le cadre du respect des mesures barrières. De plus, recommandation a été faite afin que chaque enseignant poursuive avec les élèves qu’il a tenus au cours de l’année écoulée.

Pour la rentrée 2020-2021, le volet administratif est prévu pour le 15 septembre 2020 tandis que celui pédagogique aura lieu le 1er octobre 2020. Au tour du ministre en charge du commerce, il a été question de la relance de la culture du coton. Et aux dires du ministre Kaboré, le gouvernement a apporté, au cours de la campagne écoulée, la manne financière de 28 milliards de FCFA aux fins de subventions, d’apurement des impayés, estimés autour de 11 milliards de FCFA, et d’amélioration du prix d’achat du coton.

En dépit des difficultés rencontrées dans le secteur, le ministre en charge du commerce a indiqué que le gouvernement a décidé de poursuivre ses efforts afin de permettre aux cotonculteurs de pouvoir faire face aux prix des intrants.

Aussi, le Conseil des ministres a décidé de concéder 10 FCFA par kilogramme de coton graine au titre de la campagne 2020-2021 en complément au prix qui sera en vigueur sur le marché.

A son tour, le porte parole du gouvernement a rapporté qu’au ministère en charge des Finances, le Conseil a décidé de la révocation de trois agents sans préjudice de poursuite pénale, pour «actes d’indiscipline d’une extrême gravité». Pour rappel, c’est au cours de la grève au sein de ce département que ces actes ont été posés.

Interpellé sur la question du couvre-feu, Rémis Dandjinou a précisé qu’il est toujours en vigueur, de 21 heures à 4 heures du matin. Pour ce faire, il en appelle à l’esprit de discipline et de respect des Burkinabè.

Dans le cadre de la lutte contre la maladie à Coronavirus, le ministre Dandjinou a aussi invité les populations au strict respect des mesures barrières, notamment le port des masques afin d’accompagner les acteurs de la santé dans leurs efforts de maîtrise de la maladie.

Conseil des ministres: l’année scolaire 2019-2020 reprend le 1er juin 2020 pour les classes d’examen et est validée pour les autres