Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Le Conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 10 juin 2020, sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré.

Il ressort du compte-rendu du ministre porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, que le Conseil a adopté un rapport relatif au plan de riposte contre la poliomyélite. A en croire le ministre Dandjinou, c’est le 5 janvier 2020 que le Burkina Faso a enregistré le premier cas de cette maladie dans le district sanitaire de Ouargaye, dans la région du Centre-Est.

Par ailleurs, deux nouveaux cas ont été détectés dans les districts sanitaires de Kaya et de Bogodogo. Toute chose qui a emmené le Burkina Faso à rejoindre douze (12) autres pays africains qui vivaient déjà le retour de l’épidémie de la poliomyélite.

Pour ce faire, dit-il, des mesures ont été prises pour contrer la maladie, à savoir, la vaccination de plus de 170 mille enfants âgés de zéro à 59 mois dans les localités de Ouargage et de Bitou, le renforcement de la surveillance ainsi que la sensibilisation à la vaccination.

On retiendra également que le Conseil des ministres avait donné son accord pour l’acquisition de 300 ambulances au profit des formations sanitaires du Burkina Faso. Et « à la date d’aujourd’hui, 185 ont été réceptionnées et seront distribués en priorisant les communes qui n’ont pas bénéficié d’ambulances ou qui sont distantes des centres de référence », a expliqué le porte-parole du gouvernement.

Il a ajouté que le reste des ambulances (115), seront réceptionnées, courant juillet 2020 et mis à la disposition des centres de santé du pays.

Pour le compte du ministère en charge du Travail, le Conseil des ministres a procédé à la relecture du décret portant création et organisation de la commission consultative relative aux normes internationales du travail. Et ce, afin de relever les insuffisances, entre autres constatées, notamment la faible représentation du ministère en charge du Travail au sein des structures et le manque de précision de la nature juridique de l’acte de désignation des membres suppléants….

Les échanges entre le porte-parole du gouvernement et les hommes de médias ont porté sur l’interception des Burkinabè à l’entrée de la Côte d’Ivoire. Sur la question, Rémis Fulgance Dandjinou a indiqué que des dispositions sont prises pour régler la situation.

Pour ce qui est de l’ouverture des frontières, le ministre Dandjinou a affirmé que des efforts sont menés dans ce sens. Il a souligné que cette ouverture devrait se faire de façon concertée avec les pays voisins, le tout, suivant la prise de mesures pratiques pour faire face à la Covi-19, étant donné qu’il « ne sert à rien de rouvrir les frontières du Burkina si celles des autres pays restent fermées ».

Lutte contre la poliomyélite : le conseil des ministres adopte un plan de riposte