Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

En prélude à la commémoration du 30eme anniversaire de la Déclaration de Windhoek, le Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest – Sahel, a initié une large consultation les 29, 30 et 31 mars 2021 en ligne.

Aux côtés des autres pays, le Burkina Faso participe à cette rencontre régionale avec une communication portant sur le développement d’une presse libre, indépendante et pluraliste.
Le SG du Ministère de la Communication et des relations avec le Parlement, M. Rabanhki Abou-Bâkr ZIDA a représenté le ministre en charge de la communication, Ousséni TAMBOURA avec un exposé sur  le renforcement des capacités en matière de médias et de maîtrise de l’information en période de désinformation et de discours de haine.


Les efforts consentis par le Burkina en la matière lui ont valu la 38eme position dans le classement mondial 2020 de Reporters Sans Frontières sur la liberté de la presse.
Sur le plan Africain, ce classement place le Burkina 1er en Afrique francophone et 5ème en Afrique en matière de liberté de la presse.


Cette belle performance ne cache pas les défis à relever afin de toujours enregistrer des acquis dans le secteur de l’information et de la communication et de servir utilement les populations.
Pour ce faire, le ministre de la communication tout en saluant l’initiative, recommande entre autres :
1- A l’ONU, à l’UNESCO et aux OIG : d’user de leur leadership et de leur influence pour l’adoption et la mise en œuvre de la prochaine déclaration Windhoek+30
D’œuvrer à la mobilisation de financements pour la mise en œuvre de la prochaine déclaration Windhoek+30


2-Aux états membres :
- de mettre en œuvre des politiques qui garantissent l’accès des populations à des informations de qualité et en quantité
- de mettre en œuvre ses mécanismes qui luttent contre la propagation de fake news et de discours de haine à travers la mise en place d’un ventre régional de lutte.


3-A la société civile, aux communautés ses médias, les sociétés internet
- de contribuer au renforcement des capacités des citoyens de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel en matière d’éducation aux médias, à l’information et à la communication digitale.
Et c’est là, tout l’enjeu de cette série de consultations générales de l’UNESCO.

Elles ont réuni les experts et expertes, autorités, organisations de la société civile, observateurs et observatrices avertis, professionnel(le)s du secteur des médias à échanger sur les défis et opportunités de la liberté de la presse et à formuler des propositions à la « Déclaration de Windhoek+30 ». La cérémonie officielle aura lieu en mai 2021 en Namibie.

 

L'INFORMATION COMME BIEN PUBLIC- 30 ANS DE LA DECLARATION DE WINDHOEK.