Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice
Le Ministre

Rémis Fulgance Dandjinou

Le Ministre

Rémis Fulgance Dandjinou

Les communiqués

Déclaration du gouvernement suite aux propos de…

actualites

Par une déclaration signée du 11 juillet 2020, parue dans les réseaux sociaux et relayée par des organes de presse, l’Intersyndicale des magistrats…

DECLARATION DU MINISTRE PORTE-PAROLE DU…

actualites

Dans son rapport du 08 juillet 2020, l’ONG Human Rights Watch (HRW) fait des allégations d’atteinte aux droits humains dans la région de Djibo à…

Actualités
actualites

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,

le mercredi 14 octobre 2020, en séance ordinaire, de 09 H 10 mn à 12 H 00 mn, sous la présidence…

actualites

Du lundi 12 octobre 2020 au vendredi 18 octobre 2020:

actualites

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,

le mercredi 07 octobre 2020,

en séance ordinaire, de 09 H 15 mn à 13 H 30 mn, sous la…

Conseil des ministres

Réaffectation d’agents de la RTB et des Edition Sidwaya au département de la communication : les éclaircissements

La secrétaire générale du ministère de la Communication et de relations avec le parlement, Mme Hortense Zida, a échangé avec les hommes de médias, au cours d’une conférence de presse sur la situation des 322 agents des médias publics réaffectés au sein du département, le jeudi 5 mars 2020 à Ouagadougou.


La secrétaire générale du ministère de la Communication et de relations avec le parlement, Mme Hortense Zida, a échangé avec les hommes de médias, au cours d’une conférence de presse sur la situation des 322 agents des médias publics réaffectés au sein du département, ce jeudi 5 mars 2020 à Ouagadougou.

A l’entame de sa déclaration, Mme Hortense Zida a indiqué que depuis le début de l’année 2019, le ministère a décidé de mettre de l’ordre dans la situation administrative de ses agents au regard des nombreuses difficultés rencontrées dans la gestion de fin de carrière de certains d’entre eux. En effet, la secrétaire générale du ministère de la communication et des relations avec le Parlement, a expliqué que dans les états des ressources humaines des EPE de la communication (Editions Sidwaya et RTB), trois situations irrégulières sont apparues.

La première est celle d’agents affectés dans les EPE sans acte de détachement ; la seconde situation est celle d’agents dont le détachement a échu et pour lesquels aucun acte n’a été pris pour le renouvellement. « L’article 128 de la loi n° 081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant statut général de la fonction publique d’Etat dispose que le détachement ne peut excéder cinq ans. Toutefois, il est renouvelable mais pas de manière tacite », a-t-elle rappelé. Elle a également ajouté que l’article 02 de l’arrêté de détachement oblige l’agent à manifester son intention de renouveler son détachement tous les cinq ans par une demande adressée au premier responsable de l’organisme de tutelle. « En conséquence, l’agent dont le détachement a expiré, retourne à son ministère d’origine. Autrement, il est en situation irrégulière et l’administration peut le redéployer dans d’autres structures du Ministères », a précisé Mme Hortense Zida.

La troisième situation irrégulière, selon la secrétaire générale du ministère, est que certains des agents, bien qu’exerçant dans les EPE, continuent d’être payés par la solde centrale, toute chose qui est contraire à l’esprit et la lettre de l’article 132 de la loi n°081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant statut général de la Fonction publique.

Face donc à ces cas d’irrégularités, le ministère de la Communication a jugé nécessaire de résoudre cette situation afin d’être conforme à la loi. Les EPE ont ainsi produit une liste définitive faisant état respectivement de 322 agents à la RTB et de 48 agents aux Editions Sidwaya en situation administrative irrégulière. Le ministère de la Communication a pris la décision d’affecter ces agents en situation irrégulière pour compter du 1er mars 2020.
« Il ne s’agit pas d’un licenciement comme nous avons pu le lire dans les pages de certains organes en ligne ; Il ne s’agit nullement d’une réponse au mouvement d’humeur engagé par le SYNATIC, mouvement d’humeur en rapport avec la question du décret portant dérogation à la comptabilité publique en faveur des EPE de la communication », a expliqué Mme Hortense Zida.

Elle a indiqué que les EPE devront exprimer, dès maintenant, leurs besoins et le ministère prendra tous les actes en bonne et due forme avant que les agents ne rejoignent, soit les Editions Sidwaya, soit la RTB. « Je saisis l’occasion pour renouveler l’entière disponibilité du ministre et de l’ensemble de ses collaborateurs, à entretenir un esprit de dialogue et de concertation, au service du développement global du ministère de la Communication et des relations avec le Parlement », a affirmé la secrétaire générale.

Pourquoi l’on retrouve des noms de personnes à la retraites et des directeurs des EPE sur la liste des agents réaffectés ? Cette décision était-elle opportune ? N’y a-t-il pas crainte que le climat de travail au sein des médias d’Etat se détériore et que le dialogue soit rompu entre le syndicat et le ministère ? Autant de préoccupations soulevées par les hommes de média présents à la conférence de presse.

Pour la secrétaire générale, les erreurs qui ont pu se glisser dans le processus seront prises en compte par les services du ministère et les différents directions des ressources humaines des EPE, afin d’apporter les corrections nécessaires. Concernant les directeurs, la DRH du ministère, Mme Bambayidé Laure Ouédraogo, a expliqué que depuis l’adoption du décret portant statut dérogatoire, la nomination des directeurs était devenue caduque. Par conséquent, ils doivent revenir au ministère et les DG des EPE pourront les renommer s’ils le souhaitent.

« Il n’y a pas de droit acquis en situation irrégulière, voilà pourquoi le processus de régulation des agents en situation irrégulière est nécessaire afin de se conformer à la loi », a-t-elle ajouté avant d’appeler chaque agent à cultiver l’esprit de suivi de sa carrière pour éviter toute situation désagréable.

La secrétaire générale du ministère a réitéré l’esprit de dialogue du ministre en charge de la Communication afin de trouver des solutions aux différentes préoccupations pour la création et la préservation de conditions de travail et de vie meilleure pour les hommes et femmes des médias publics.


LES DÉMARCHES ADMINISTRATIVES
Communication

Description :

spot de conception publicitaire de 60 secondes tranche du matin 10h

Pièce(s) à fournir :

Aucune pièce n'est à fournir pour cette procedure

Coût(s) :

105000

Conditions d’accès :

Ce procédure n'exige aucune condition

Description :

Il s'agit des pré-imprimés encartés dans le journal

Pièce(s) à fournir :

Aucune pièce n'est à fournir pour cette procedure

Coût(s) :

100 000

Conditions d’accès :

*Paiement au comptant, par virement, chèque et par bon de commande

Informations complémentaires :

Après l'engagement du paiement, la réception suivi de la programmation de l'annonce

Description :

Ce sont des insertions faites sur le site web, le journal papier et sur la plateforme de la version numérique

Pièce(s) à fournir :

Aucune pièce n'est à fournir pour cette procedure

Coût(s) :

Ce procédure n'exige aucun frais

Conditions d’accès :

*Paiement au comptant, par virement, chèque et par bon de commande

Informations complémentaires :

Après l'engagement du paiement, la réception suivi de la programmation de l'annonce

Communication audio-visuelle

Description :

Apres Midi magazine 35 secondes

Pièce(s) à fournir :

Aucune pièce n'est à fournir pour cette procedure

Coût(s) :

Cette procédure n'exige aucun frais

Conditions d’accès :

Cette procédure n'exige aucune condition

Description :

Apres Midi magazine 45 secondes

Pièce(s) à fournir :

Aucune pièce n'est à fournir pour cette procedure

Coût(s) :

Cette procédure n'exige aucun frais

Conditions d’accès :

Cette procédure n'exige aucune condition

Description :

Apres Midi magazine 20 secondes

Pièce(s) à fournir :

Aucune pièce n'est à fournir pour cette procedure

Coût(s) :

40.000

Conditions d’accès :

Cette procédure n'exige aucune condition


LES SERVICES EN LIGNE