Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Le ministère de la communication et des relations avec le parlement à travers la Direction générale des médias (DGM), organise du 26 au 28 aout 2020 à Ouagadougou, une séance de travail portant sur les textes de lois du secteur de l’information. L’ouverture officielle de la rencontre a été présidé par la secrétaire générale, Mme Hortense Zida.

En attendant la tenue de l’atelier de relecture dans les jours à venir, le comité technique du processus de relecture des textes de lois sur les médias au Burkina Faso va durant 72h faire un travail de toilettage de ces textes avant de les soumettre prochainement aux acteurs du domaine

Pour la secrétaire générale du ministère en charge de la communication, Mme Hortense Zida, l’adoption, sous la Transition en 2015, des lois loi n°057 portant régime juridique de la presse écrite, 058 portant régime juridique de la presse en ligne, 059 portant régime juridique de la radiodiffusion sonore et télévisuelle et la loi 051 sur l’accès à l’information publique et aux documents administratifs, est apparue comme une véritable révolution en matière de liberté de la presse. « Ces différentes lois, en remplacement du Code de l‘information de 1993, ont consacré une réelle avancée en matière de liberté de presse au Burkina Faso, avec notamment la suppression des peines privatives de liberté en cas de délit de presse, la coupure du cordon ombilical qui liait les médias publics à leur tutelle technique, la prise en compte effective de la presse en ligne, l’accès aux sources d’information publiques », a précisé Mme Hortense Zida.

Mais à l’épreuve de cinq années d’application selon elle, ces dispositions légales ont révélé des insuffisances qu’il faille corriger. A titre d’exemple, elle a cité, le fait d’avoir une loi spécifique pour chaque type de média qui semble poser des problèmes de référencement. Par ailleurs, des défis nouveaux sont apparus avec les radios et les télévisions en ligne, l’information par SMS, le passage effectif des médias audiovisuels télévisuels à la TNT.

Au terme de 72h de travail, les réflexions qui sortiront de l’atelier vont servir de documents de base, pour la tenue très bientôt, d’un atelier de relecture, ouvert à l’ensemble des acteurs. L’ambition étant d’aboutir à des textes assez consensuels pour un exercice plus libre mais aussi plus responsable du travail journalistique.

Lois sur les médias au Burkina Faso: Le comité technique réunit pour toiletter les textes avant La rencontre les acteurs du domaine