Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

L’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale s’est tenue, dans l’après-midi de ce mercredi 30 septembre 2020, sous la présidence du président du Parlement, Alassane Bala SAKANDE. La cérémonie s’est déroulée en présence du Premier ministre, Christophe DABIRE, du ministre chargé des relations avec le Parlement, Rémis Fulgance DANDJINOU et des membres du gouvernement.

Le Président du Parlement, M. Sakandé, a souligné que la session qui s’ouvre et qui s’étalera sur le dernier trimestre de l’année 2020 sera essentiellement consacrée à l’examen et à l’adoption de la loi de finances exercice 2021. Et de souligner que nul besoin de relever que c’est dans un contexte national encore très préoccupant que l’Assemblée nationale va examiner et adopter le projet de loi de finances exercice 2021. « Dans ces conditions, plus qu’un exercice savant d’empilement de chiffres en termes de recettes et de dépenses de l’Etat, le budget à venir doit être le miroir des priorités sociales, économiques et financières du gouvernement tout en indiquant dans quelles mesures les besoins de toutes les composantes de la société, hommes et femmes, des campagnes et des villes, sur un pied d’égalité, doivent être pris en compte », a précisé le président de l’Assemblée nationale. Il a tout de même prévenu que dans sa prérogative de contrôle de l’action gouvernementale, l’Assemblée nationale sera sans complaisance aucune sur les exigences de transparence, d’équité et de probité dans l’exécution de la loi de finances à venir.

En plus de la loi de finance, Alassane Bala Sakandé avance que d’autres dossiers, et non des moindres, seront aussi soumis à l’examen des députés tout au long des travaux de ce dernier trimestre de l’année.

Cette deuxième session ordinaire de l’année 2020 constitue la dernière de la 7e législature. Le président du Parlement a ainsi saisi l’occasion pour faire un bref bilan des activités de l’institution, les cinq(5) dernières années. Il ressort que depuis la validation du mandat des députés de la 7e législature, le 30 décembre 2015, et en attendant les délibérations de la présente session, l’Assemblée nationale a voté 226 lois. Elle a usé de 114 questions orales, 118 questions écrites répondues, 16 questions d’actualité répondues pour suivre et contrôler l’action gouvernementale. Au cours de ce mandat, M. Sakandé note aussi les innovations en faveur des jeunes et des femmes.

Le Président de l’Assemblée nationale a souligné aussi que la présente session s’ouvre dans un contexte national toujours marqué, hélas, par la persistance de la crise sécuritaire dans certaines régions. Et tout en rendant un vibrant hommage aux forces de sécurité et de défense, Alassane Bala Sakandé garde l’espoir que le combat sera gagné pour le Burkina Faso face aux terroristes.

Pour finir, le Président du Parlement a insisté sur la question de la réconciliation nationale. « L’idée de la réconciliation nationale ne doit pas être un sujet tabou, ou un terme honni pour qui que ce soit, pour quel camp que ce soit. J’exhorte donc tous les Burkinabé, de toutes les couches sociales, de l’intérieur comme de l’extérieur, et la classe politique en premier, à s’approprier l’idée de la réconciliation, cette alliance de vérité et du pardon qui conduit à une véritable communauté nationale, à une véritable communauté de destin », a-t-il martelé.

Assemblée nationale : c’est parti pour la deuxième session parlementaire essentiellement consacrée au budget.